Le Castel Béranger vu par Jean Rameau

 

La proclamation des résultats du concours de façades en 1899 relance le débat sur le Castel Béranger. Je me suis empressé d'aller porter mes hommages à la première lauréate  que les journaux signalaient à Auteuil, dans la rue du bon La Fontaine, et ce petit voyage m'a enchanté.

Elle est charmante la première lauréate. Elle est surtout d'une originalité intense. D'abord, elle n'a pas de petits carreaux, ce qui est  déjà bien subversif. Puis, pour du style nouveau, voilà certes du style nouveau. Il paraît que cette maison était déjà célèbre dans le pays. Des Anglais passaient le détroit pour venir la voir.

On l'appelle à Auteuil la Maison des Diables. Ce nom est assez justifié ! Il y a, du rez-de-chaussée à la toiture, une folle ascension de figures

grimaçantes, de groupes fantastiques, où l'artiste voulut peut-être représenter des chimères, mais où le populaire voit surtout des démons, et qui font se signer à vingt pas toutes les vieilles femmes de l'arrondissement.

Il y a des diables aux portes, des diables aux fenêtres, des diables aux soupiraux des caves, des diables aux balcons et aux vitraux, et l'on m'assure qu'à l'intérieur, les rampes d'escalier, les boutons de fourneaux, les clés des placards, tout, depuis le salon jusqu'à l'office, est de la même diablerie.

Si Dieu ne protège plus la France, le diable du moins semble protéger Auteuil.

Parisiens dormez en paix.

Jean Rameau

Journal  « Le gaulois »

3 avril 1899

 

retour