Villa Le Chalet Blanc

Sceaux (Hauts-de-Seine)

Hector Guimard

1908

 

 

Avec le Chalet Blanc nous nous éloignons encore un peu plus du mouvement Art Nouveau; la maison est charmante, légère, elle trouverait aussi bien sa place au bord de l'Océan avec son toit à faible inclinaison et sa fenêtre samouraï.

De prime abord, la structure générale n'est pas sans rappeler quelques-unes unes des stations de métro édifiées par Guimard.

Plus rien de médiéval ici, la demeure est gaie, libre; au maître d’œuvre le propriétaire a dû laisser toute liberté. 

Le matériau est comme à l'accoutumée composé de meulière et de brique, mais la pierre est ici aplatie et taillée largement, ce qui la différencie des autres résidences construites dans les mêmes matières et qui abondent autour de Paris.

Avec cette villa, Guimard se rapproche singulièrement de ses confrères anglais, allemands et autrichiens; le bois laqué joue un rôle des plus importants; d'une part, il donne de la légèreté à l'ensemble, d'autre part, la couleur ajoute encore à la note anglo-saxonne que les français prisaient fort à l'époque.

Le balcon principal qui affecte la forme d'un panier n'est pas sans évoquer, celui du Castel Orgeval, les autres sont soutenus par des consoles en bois taillées.

L'architecte a dessiné également la clôture et le jardin, qui a été transformé ultérieurement.

Les ouvrages de fonte, dessinés par Guimard, proviennent des fonderies de Saint-Dizier.

Protection Monument Historique du 15 janvier 1975: façades et toitures.

 

Source : Dossier sur Hector Guimard rédigé par des étudiants d'une Ecole supérieure d'art.

 

 

Hector Guimard